AFRICA FEMME
FLASH INFOS

 Nigeria: 46 morts et 96 blessés dans un conflit ethnique entre Yorubas et Haoussas dans la ville de Ile-Ife les 7 et 8 mars derniers (police) - Libye: les forces du maréchal Haftar accusées par  Human Rights Watch de graves violations des droits de l'Homme et de "crimes de guerre" à Benghazi - L'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba condamné par la CPI à un an de prison et 300.000 euros d'amende pour subornation de témoins 

Musique: Serge Ananou signe un coup de maître avec « Bônou » son premier opus

Publié le : 12/02/2017Auteur : AFRIKATVCatégorie : Articles - Culture

©photo: Alassane Kader

Né au Bénin en 1978, Serge Ananou a grandi dans les quartiers populaires de Cotonou la capitale, bercé par les mêmes rythmes et cultures que Angélique Kidjo, Waly Badarou, Lionel Loueke, John Arcadius Avaligbe et autres sommités de la musique béninoise. Il livre aux mélomanes béninois et du monde, son premier bijou sonore intitulé « Bônou » , « ne pleure pas » en langue Mina du Togo et du Bénin. Un parcours bercé par la musique Imprégné dans la musique depuis l’âge de 13 ans en tant que percussionniste, il a découvert par la suite la guitare qui est devenue son instrument de prédilection. Autodidacte et passionné, il multiplie les rencontres et les concerts dans la sous-région ouest africaine. 2002 est l’année de sa première tournée européenne avec le groupe Fifawa Band, tournée qui l’emmène dans plusieurs pays d’Europe.

©photo: Alassane Kader

©photo: Alassane Kader

Installé en France depuis 2006, Serge Ananou étudie pendant un an au CFPM (Centre de formation des professionnels musiciens) à Paris et pendant trois ans à « L’American School of Modern Music » avec les professeurs de l’actuel « IMEP PARIS COLLEGE OF MUSIC ». Il multiplie depuis les collaborations artistiques avec les artistes comme Tita Nzebi (Gabon), Solia Grace (Kenya), Richard Flash (Bénin) et plein d’autres. « Bônou » , une galette sonore aux accents éclectiques.


Artiste complet, auteur compositeur et interprète de ses propres œuvres, il nous offre son premier album « Bônou » dont la haute qualité artistique se laisse apprécier. Le chef d’œuvre a été développé sur des thèmes éclectiques allant de la lutte contre la violence faite aux femmes « Nouvônon », aux conditions des clandestins qui fuient la guerre et la mauvaise gouvernance au péril de leur vie à Mélia, Ceuta ou Lampedusa «Clandestin» en passant par la promotion de la l’amour, de la tolérance et de la défense des différences     « Aido Houèdo ».
Les mélomanes amoureux de Jazz africain au parfum du phénoménal Richard Bona apprécieront particulièrement des titres comme « Lissa » (un magnifique morceau qui remonte jusqu’au tréfonds de l’âme et la remue telle une prière accompagnée d’encens…). Les amoureux de belles mélodies apprécieront la finesse des accords qui font ce morceau. Le titre éponyme « Bônou » est une excellente navigation entre des rythmes aux couleurs jazzy et des sonorités Soukous Ndombolo ou Makossa. Il fera danser plus d’un.

Telle une révélation des racines musicales béninoises au monde entier, le titre « Danhomin » célèbre dans sa belle orchestration un mariage original entre le Jazz et le zinli (Agbotchébou). Tous les Béninois du centre s’y reconnaitront. « Okou Ounko » qui veut dire « bonjour en langue fon »est un des meilleurs morceaux de cet album.

Les connaisseurs de bonne musique y retrouveront autant l’énergie vive qui se dégage de l’Afro beat de Anikulapo Kuti Fela que l’exaltation qui caractérise les beaux morceaux de Rock. « Kinguo Kinguo » qui d’entrée de jeu, sonne comme le gong des messagers des chefs quartiers est un morceau à suspens qui raconte une des réalités culturelles du Bénin à savoir : le Vodoun (Oro, Egoun goun, ou Zangbéto). Très agréable à écouter, ce morceau va susciter la curiosité de ceux qui aimeraient découvrir les croustillantes réalités africaines. L’artiste Serge Ananou, très marqué depuis son enfance par une scène de violence faite à la femme, s’est montré très engagé dans le morceau « Nouvônon » et a sensibilisé pour dire Stop aux violences faites aux femmes.

La particularité de cet album est la « démocratisation » du Jazz qui a été ramené avec le morceau « Tongolo » à la portée des femmes des marchés béninois. La beauté de l’amour a été abordée dans un des rares morceaux dont quelques couplets ont été chantés en français « Salima ». On y découvre le beau cri de cœur d’un amoureux en manque de l’être aimé. Ce beau chef d’œuvre mêlant rythmes et chants ouest-africains avec des influences jazz, blues et pop, rock réalisé avec des musiciens de talent est à découvrir sur toutes les plate formes de téléchargement en ligne et à consommer sans modération.

 

S. Agbessi-Loko
AFRIKATV

Envoyer Partager Commenter


Laisser un commentaire

*

Envoyez nous vos vidéos
Envoyez nous vos vidéos