AFRICA 2017
FLASH INFOS

Togo: des tensions dans plusieurs quartiers de la capitale

Publié le : 08/09/2017Auteur : AFRIKATVCatégorie : Articles - Politique

Plusieurs quartiers de la capitale togolaise, Lomé, restaient barricadés vendredi par la population où des tirs de gaz lacrymogènes ont été observés dans la matinée après 48 heures de manifestations pour demander des réformes et le départ du président Faure Gnassingbé.

Sur les grands axes de Lomé et dans des quartiers populaires, les commerces sont restés fermés. Des camions de forces de l’ordre ainsi que des gendarmes étaient postés aux carrefours, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Dans le quartier de Bè, où des échauffourées avec la police ont duré toute la nuit selon des témoignages d’habitants, des groupes de jeunes ont dressé des barricades avec des pierres et des pneus brûlés pour bloquer la circulation.
“Nous voulons qu’il parte (le président, ndlr). Nous resterons là jusqu’à ce qu’il parte. Nous sommes fatigués”, hurlait un jeune posté dans la rue.

Un climat de peur s’est également répandu dans de nombreux quartiers de la capitale, de nombreux habitants n’osant pas sortir de chez eux. “Ca a duré toute la nuit”, confie un homme d’une quarantaine d’années devant sa porte. “Ne nous filmez pas, ne donnez pas notre nom. Ils vont venir pour nous sinon.”

De nombreux tirs de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre ont pu être observés en milieu de matinée, et des colonnes de fumée s’élevaient dans plusieurs endroits de la capitale.

Mercredi et jeudi, des Togolais sont sortis en nombre pour manifester à Lomé à l’appel d’une coalition de l’opposition togolaise (Cap 2015, le Groupe des six et le Parti National Panafricain – PNP, rejoints par plusieurs partis mineurs).

Le président Faure Gnassingbé a succédé à son père, le général Gnassingbé Eyadéma qui est resté près de 40 ans au pouvoir, à la présidentielle de 2005, avec l’appui de l’armée, ce qui avait entraîné de violentes manifestations et une féroce répression.
Il a ensuite été réélu en 2010 et en 2015, lors de scrutins très contestés par l’opposition.

Envoyer Partager Commenter


Laisser un commentaire

Envoyez nous vos vidéos
Envoyez nous vos vidéos